Présentation

La revue Geomaghreb est une revue multidisciplinaire consacrée au traitement des problématiques reliant les champs disciplinaires géo – scientifiques à l’aménagement du territoire. Elle est donc à vocation pratique. Son projet scientifique est par conséquent  multidimensionnel  et nécessite des approches à échelles d’analyses variées (analyses micro et macroscopiques et synthèses).

La revue espère ainsi participer au progrès scientifique par des contributions individuelles ou collectives, d’origines locale, régionale ou internationale, visant l’approfondissement de la connaissance des équilibres naturels et socio-économiques en place ou en cours d’établissement, ainsi que leurs interactions et  impacts multiples.

La dimension prévisionnelle et futuriste des approches est très sollicitée dans la revue pour permettre des anticipations crédibles en termes d’aménagement et du développement durable. Le point de vue de l’expert sera certainement critique, mais en mesure d’explorer les indicateurs et les signaux  de l’environnement, pertinents pour  l’évaluation des équilibres  fragiles et des problématiques d’actualité ou prévisibles en matière d’aménagement du territoire,  de gestion des ressources et de l’environnement. Ces approches sont plus que jamais sollicitées pour  minimiser le risque d’erreur et optimiser le rendement des interventions humaines  sur le milieu naturel et dans la gestion et l’exploitation des ressources naturelles et du territoire. Ces risques peuvent avoir des effets néfastes sur l’économie, l’équilibre social et la stabilité du système mis en place.

Geomaghreb se situe  ainsi dans une position nouvelle à la rencontre des champs disciplinaires multiples. Et ce dans l’objectif  d’élaboration d’un projet scientifique et épistémologique également nouveau, visant sur tout les plans, l’approfondissement du rôle fondamental et pratique que les sciences doivent jouer pour  créer durablement les richesses, mieux connaître les systèmes, identifier les ruptures, les dynamiques, les  processus et les facteurs d’évolution.